Dans le souci de protériziereger les investissements des agroentrepreneurs haïtiens contre les menaces que représentent les catastrophes naturelles, le SYFAAH coopère à la mise en place d’un mécanisme d’atténuation des risques. Ainsi, la composante « assurance récolte » appelée couramment ASREC, vise à développer et à mettre en place des programmes d’assurance dans les filières agricoles et les régions priorisées par le gouvernement haïtien. Avec un tel programme, les producteurs ne risquent pas de perdre tout leur investissement. Au cas où leurs récoltes seraient ravagées par des maladies, des insectes, des inondations ou sécheresses, ils recevront un dédommagement du fond d’assurance constitué à partir de leur prime d’assurance.
En 2014, le SYFAAH a lancé une expérimentation d’une année de l’assurance récolte de la filière du riz dans la région de l’Artibonite. Le produit d’assurance est appelé à être disponible sur une base réelle et permanente pendant la phase de déploiement.

Phase pilote de l’assurance récolte

La phase pilote de l’assurance récolte a démarré dans l’Artibonite avec la filière du riz en 2014. Cette filière est considérée de façon prioritaire pour la réalisation d’un programme d’assurance récolte pour les raisons suivantes: son importance dans l’alimentation des haïtiens, la superficie cultivée, les infrastructures d’irrigation et de drainage et le savoir-faire des producteurs.

Le riz est une culture de rente pour les producteurs de la vallée de l’Artibonite. Par contre, cette culture fait face à de nombreux risques qui sont, entre autres : l’excès de pluie, les inondations, la sécheresse, les tempêtes/ouragans, les insectes et les maladies. En plus de ces risques majeurs, d’autres contraintes sont associées : l’accès au crédit agricole, la disponibilité de semences de bonne qualité en quantité suffisante, la disponibilité des intrants en quantité suffisante selon des formules adaptées à la production rizicole, la disponibilité de la main-d’œuvre requise pour les travaux de préparation du sol et de récolte et le mauvais état du réseau de drainage.

La phase d’expérimentation s’est révélée une étape nécessaire, vu l’insuffisance des données sur le bilan de végétation de la culture rizicole dans la vallée de l’Artibonite. Quatre-vingt dix (90) parcelles de riz de superficie allant de 0,2 ha à 2 hectares, réparties dans 3 zones – Liancourt, Pont Sondé et Verrettes – ont été étudiées. À travers ces trois zones, SYFAAH a analysé également les rizicultures qui sont irriguées à partir des rivières, des sources et du fleuve de l’Artibonite.

L’étude a permis d’apprécier l’impact du système de drainage sur le rendement de la culture du riz. Les données de ces parcelles expérimentales ont servi à calculer le rendement moyen de la culture du riz dans l’Artibonite et à obtenir des informations précises sur les pépinières, le repiquage, le tallage, la formation de la panicule, l’épiaison et la maturation des grains. Le bilan végétatif de ces rizicultures étudiées dans ce département a facilité le calcul des coûts de production du riz de même que les intérêts assurables des producteurs rizicoles.

Une année après la phase pilote.

Après un an d’expérimentation, une assurance récolte du riz ea été mise en place sur une base collective. La phase pilote a permis d’établir des zones d’assurance. Une zone d’assurance regroupe des planteurs dont les conditions de production sont les mêmes. Donc, ils paient la même prime d’assurance et reçoivent le même montant en cas de dédommagement.

L’assurance récolte en chiffres.

400 producteurs cumulatifs assurés pendant les 4 campagnes réalisées au cours des deux premières années de pilotage, soit:
• 149 pour la grande campagne de 2014
• 251 pour la petite campagne

675 agroentrepreneurs dans la vallée de l’Artibonite ont contracté une assurance récolte pour leur production de riz pour la campagne mars-octobre 2015.

Location des producteurs assurés et des producteurs suivis lors de la grande campagne mars à octobre 2014.

Location des producteurs asurés et des producteurs suivis lors de la grande campagne mars à octobre 2014.

Consolidation

Des actions de consolidation de l’assurance récolte du riz dans l’Artibonite sont entreprises par:

  • la gestion rigoureuse du programme avec l’examen périodique des indicateurs de résultat;
  • la mise à jour continue des règles, des normes et des directives;
    l’appui du MARNDR dans la collecte de fonds reliée aux programmes d’assurance-récolte;
  • le test de l’application d’une option de protection basée sur des risques circonscrits à l’intérieur d’une zone d’assurance en production rizicole;
  • l’application soutenue et continue du programme de formation et d’information auprès des agroentrepreneurs.

Des études de faisabilité sont en cours pour des filières comme la banane plantain en Arcahaie (Ouest) et le riz aux Cayes (Sud) afin de :

  • procéder à leur caractérisation sur les plans agronomique, agroéconomique et agroclimatique;
  • déterminer leurs rendements moyens et réels de même que la répartition géographique des facteurs de risques climatiques et naturels;
  • mettre en place les processus visant l’application d’un programme d’assurance-récolte sur les plans opérationnel, financier, institutionnel et des relations avec les producteurs agricoles.

Actuellement, les filières de l’igname et du cacao font l’objet d’études de préfaisabilité quant au possible développement d’un programme d’assurance-récolte.

Perspectives

La pérennité du mécanisme d’assurance récolte constitue une grande préoccupation pour les partenaires du SYFAAH. D’où un appui au MARNDR dans l’instauration d’un programme permanent. En ce sens, un comité de travail sur le développement d’un partenariat public-privé (PPP) en assurance-récolte a été établi avec le MARNDR et un assureur haïtien (Alternative Insurance Company – AIC). Ce comité a pour mission de définir les modalités de mise en place et de pérennisation du mécanisme sur les plans de la structure organisationnelle et du montage financier. Un premier document intitulé Cadre financier et simulations associées au Fonds ASREC pour la production de riz irrigué dans la vallée de l’Artibonite a été produit.